Accompagnement et écoute attentive

Imprimer

 

Je vous présente ce texte sur lequel je m'appuie afin de vous garantir une écoute attentive.
Peux-tu simplement écouter...
Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me donner des
conseils, tu n'as pas fait ce que je te demandais.
Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me dire pourquoi je
ne devrais pas ressentir cela, tu bafoues mes sentiments.
Quand je te demande de m'écouter et que tu sens que tu dois faire quelque
chose pour résoudre mon problème, tu m'as fait défaut, aussi étrange que cela
puisse paraître.
Ecoute, tout ce que je te demande, c'est que tu m'écoutes. Non que tu parles ou
que tu fasses quelque chose, je te demande uniquement de m'écouter.
Les conseils sont bon marché, pour 5 francs j'aurai dans le même journal le
courrier du coeur et l'horoscope.
Je peux agir par moi-même, je ne suis pas impuissant, peut-être un peu
découragé ou hésitant mais non impotent.
Quand tu fais quelque chose pour moi, que je peux et ai besoin de faire moimême,
tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation.
Mais quand tu acceptes comme un simple fait que je ressens ce que je ressens
(peu en importe la rationalité), je peux arrêter de te convaincre et je peux
essayer de commencer à comprendre ce qu'il y a derrière ces sentiments
irrationnels. Lorsque c'est clair, les réponses deviennent évidentes et je n'ai pas
besoin de conseils.
Les sentiments irrationnels deviennent intelligibles quand nous comprenons ce
qu'il y a derrière.
Peut-être est-ce pour cela que la prière marche, parfois, pour quelques
personnes, car Dieu est muet. Il ou elle ne donne pas de conseils. Il ou elle
n'essaie pas d'arranger les choses. Ils écoutent simplement et te laissent
résoudre le problème par toi-même.
Alors, s'il de plaît, écoute et entends-moi.
Et si tu veux parler, attends juste un instant et je t'écouterai.
Auteur anonyme
Extrait du "Shanti Project", Manuel Formation 1980

Peux-tu simplement écouter...

Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me donner des conseils, tu n'as pas fait ce que je te demandais.

Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me dire pourquoi je ne devrais pas ressentir cela, tu bafoues mes sentiments.

Quand je te demande de m'écouter et que tu sens que tu dois faire quelque chose pour résoudre mon problème, tu m'as fait défaut, aussi étrange que cela puisse

paraître.

Ecoute, tout ce que je te demande, c'est que tu m'écoutes. Non que tu parles ou que tu fasses quelque chose, je te demande uniquement de m'écouter.

Les conseils sont bon marché, pour 5 francs j'aurai dans le même journal le courrier du coeur et l'horoscope.

Je peux agir par moi-même, je ne suis pas impuissant, peut-être un peu découragé ou hésitant mais non impotent.

Quand tu fais quelque chose pour moi, que je peux et ai besoin de faire moi même, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation.

Mais quand tu acceptes comme un simple fait que je ressens ce que je ressens (peu en importe la rationalité), je peux arrêter de te convaincre et je peux essayer de

commencer à comprendre ce qu'il y a derrière ces sentiments irrationnels. Lorsque c'est clair, les réponses deviennent évidentes et je n'ai pas besoin de conseils.

Les sentiments irrationnels deviennent intelligibles quand nous comprenons ce qu'il y a derrière.

Peut-être est-ce pour cela que la prière marche, parfois, pour quelques personnes, car Dieu est muet. Il ou elle ne donne pas de conseils. Il ou elle

n'essaie pas d'arranger les choses. Ils écoutent simplement et te laissent résoudre le problème par toi-même.

Alors, s'il de plaît, écoute et entends-moi.

Et si tu veux parler, attends juste un instant et je t'écouterai.


Auteur anonyme

Extrait du "Shanti Project", Manuel Formation 1980